lundi 5 décembre 2016

Socle : La Légende de Napalm Monk

Le vieux moine fit asseoir les jeunes moinillons en cercle autour de lui. Ils les avaient amené dans un lieu du temple peu visité : le Cimetière des Armes. De nombreuses tombes, certaines marquées par les âges, d'autres moins anciennes les entouraient. Contre ou sur elles, reposaient de nombreuses armes allant de la massue à l'épée en passant par des désintégrateurs ou des arquebuses.
Le vieux moine s'assit en lotus, ses os grinçant légèrement. "Je vais vous raconter la légende du Napalm Monk. Certains d'entre nous au Temple ont des tâches particulières et ont besoin de plusieurs vies pour les accomplir. Notre vénéré Abbé par exemple se réincarne sans cesse à chacun de ses décès. Nous espérons qu'il arrivera d'ailleurs à bientôt se passer de son doudou. Lobsang, le Balayeur, s'est lui fait oublier par la Mort et il continue d'errer dans les univers et de passer de temps en temps avec son balai. "
Il prit une inspiration : "Mais le Napalm Monk est le Gardien de notre Temple. A chaque fois que nous sommes en danger, il se révèle parmi nous. Toutes les tombes derrière nous sont ses tombes, chacune de ses incarnations mourant pour nous défendre."
Les moinillons ouvrirent des grands yeux.
"Lorsque les hordes de l'Empereur Dieu voulurent nous réduire en cendre, il se dressa face à elles et périt en les vainquant.", scanda le vieux moine. "Lorsque les Soldats de Résine voulurent piller notre sagesse, il prit son épée et ne s'autorisa à mourir qu'une fois le dernier automate vaincu. Lorsque le Crocodile en Peluche voulut...."
"Dites, O Maître plein de sagesse, vous l'avez déjà vu le Napalm Monk ?", voulut savoir un jeune moinillon, son nez de gamin dégoulinant de morve.
"Oui, O Jeune-Etourdi-Qui-Devrait-Se-Moucher. Lorsque j'étais plus jeune, encore plus jeune que vous, j'ai rencontré sa dernière incarnation. Je vais vous raconter cela. Nous avions à faire au Général Fou Jarjarek et son armée de démons noirs et sans yeux. Seulement le Napalm Monk n'était pas là. Je me souviens que je tremblais de peur en voyant l'immense armée de monstre à nos portes. 
Nous perdions espoir jusqu'au moment où un novice se précipita dans l'armurerie. Il en ressortit couvert d'armes, le Napalm Monk s'était une nouvelle fois révélé à lui-même.
Il fit ouvrir les portes et ouvrit lui-même le feu sur les démons, une arbalète dans une main, un bolter dans l'autre. Lorsqu'il n'eut plus de munitions, il passa à la hache. Lorsque la hache se brisa, il frappa à coup de bolter et d'arbalète. Lorsque ses armes furent usées sous les coups, il brisa les os à mains nues et broya les crânes des démons. 
Du haut des remparts du temple, nous le voyons moissonner l'armée adverse. Il se fraya un chemin jusqu'au Général Jarjarek. Celui-ci tenta de se replier derrière ses lieutenants mais le Napalm Monk était implacable. Il l'affronta sans aucune arme et sans se défendre. Le Général Fou était armée d'une épée longue vorpale + 10 buveuse d'âme avec l'option d'ouvre boîte.
Le Napalm Monk se jeta dessus, s'empalant sur l'arme et remontant jusqu'au Général, l'épée fouillant ses entrailles. Là, arrivé à portée, il referma ses mains sur la gorge de l'odieux personnage et serra, serra et serra....
Lorsque la poussière du combat retomba et que nous allâmes sur le champs de bataille, il était mort mais ses mains étaient toujours fermement cramponnées au cou de son ennemi....
Il fut enterré dans la tombe derrière moi, les armes honorifiques de sa victoire reposant près de lui."
"OOOOOOOOOooooooh !", firent les moinillons.
"Et oui.", fit le vieux moine. "Le Napalm Monk est le Gardien du Temple. Si vous voulez un jour être comme lui, il est temps pour vous d'aller manger le repas du midi."
Les moinillons s'égayèrent comme une volée de moineaux. Cependant le vieux moine en attrapa un par l'oreille et lui dit : "Donne...."
"Z'ai rien fait, ze suis innocent."
Le vieux moine secoua la tête et tendit la main. Avec un soupir, le moinillon lui tendit une boîte d'allumette et une poignée de bolts. L'ancêtre le relâcha et le renvoya avec une calotte.
"Ah", soupira t il en regardant l'enfant s'en aller, "que va-t-on décidément pouvoir faire de toi, novice Morikun ? "
----
Vous l'aurez bien sur compris, il s'agit du socle que je présente au dernier concours du Temple de Morikun.
Et oui, il s'agit bien d'une des tombes du Napalm Monk.
Le Mon de Morikun est présent sur le bolter.
Je pense que le tag est assez parlant ;)
J'avoue que même peu doué en socle, j'ai eu grand plaisir à participer à ce concours.

6 commentaires:

  1. Merci infiniment pour cette facette de ma vie virtuelle (ou plutôt ma mort) que je ne connaissais pas XD

    Je trouve que c'est le petit fluff d'intro qui donne tout son charme à ta proposition ^^

    ... Savais tu cependant qu'au Japon, la Loi (oui la Loi) impose que les morts doivent être incinérés et non enterrés ? ^^

    Merci infiniment,

    Serviteur,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rire je me suis dit que ca allait te plaire ;)

      Merci :)

      Ouaip, mais j'ai jamais dit que le Temple de Morikun était entièrement au Japon. Pour moi il existe pandimentionnellement :P

      Supprimer
  2. Super !
    Perso, je rajouterai un main un peu décharnée sortant de la tombe. Un poing rageur, un majeur dressé ou tenant une arme, c'est selon. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci

      Au début, il y avait une main qui sortait de terre mais ca faisait trop cliché (et ça faisait bizarre avec une figurine posé au dessus. On aurait qu'elle cherchait à attraper des "bourses"....)

      Supprimer
  3. Excellente l'histoire et puis la tombe avec les armes reliques ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Elle est sortie quasiment d'un trait du cerveau jusqu'au clavier ;)

      Ben oui le Moine ne peut pas se passer d'un bolter :D

      Supprimer