lundi 9 juillet 2018

Figurine : Miss Morikun

Pour le dernier concours organisé par Morikun, le Gardien du Temple, le thème était simple et pourtant si complexe. Après avoir choisi le Gardien, puis le Temple, cette fois, il faut représenter Me Morikun.

La tentation de facilité pour moi a été la Geisha ou assimilée (j'ai d'ailleurs failli utiliser la Dragon Lady d'Infinity, Cible à Haute Valeur Ajoutée) ou un ENORME bolter lourd sur son rack. 
D'après Magritte, ceci n'est pas un bolter lourd.

Mais comme nos femmes sont nos héroïnes, j'ai opté pour une autre approche. Il est temps que nous laissons l'histoire se dérouler...

Une nouvelle fois, le vieux moine fit se rassembler les jeunes moinillons en cercle autour de lui. Il les avait amené dans un lieu du temple peu visité : une galerie remplie de tableaux, de gravures, de statues et d'autres œuvres d'art. Toutes représentaient des femmes. Certaines étaient d'une beauté presque douloureuse, d'autres étaient plus ordinaires mais avaient un air de sérénité. Quelques unes avaient des tenues étranges ou des armures, d'autres étaient nues ce qui troublait légèrement certains moinillons.
Le vieux moine déambulait au sein de la galerie, ses os grinçant légèrement. Un sourire flottait sur ses lèvres en observant les moinillons dans son sillage qui tentaient de mater aussi discrètement que possible les œuvres exposées.
"Hum, hum", toussota-t-il pour récupérer leur attention. "A une précédente leçon, je vous avais évoqué le Napalm Monk, le Gardien de notre Temple. Aujourd'hui, les enfants, je vais vous parler de son Amour Eternel ! Qui en a déjà entendu parler ?"
"Moi, Maître Vénérable, je sais, moi !", fit un des auditeurs, en agitant frénétiquement la main. "C'est son MégaBolter de la Mort avec Bolts à Têtes Multiples Explosives."
"Et non, O-Jeune-Imprudent. A chaque apparition du Napalm Monk, il y a un Amour Eternel, une femme qui le soutient, l'épaule, le soigne, l'affronte des fois et lui colle des baffes si nécessaire."
"Oooooooooh", fit la classe interloquée.
Le vieux moine désigna plusieurs oeuvres d'art allant de la tapisserie à la toile holographique hi-tech. "Ainsi il y eut parmi toutes ces incarnations de son Amour Eternel, Dame KinMoru, noble Geisha à la Cour de l'Empire de Jade, Karah Konnors, Cyborg traquant les Moines, X69B, Droid de Compagnie et Zillah, la danseuse exotique. Mais aujourd'hui, je vais vous parler d'une autre de ces incarnations."
Les élèves suivirent du regard le doigt du vieux sage pointant une photographie brunie par le temps.
"Dans un univers de héros, dans un monde qui connaissait une guerre à l'échelle du globe, un héros s'était tenu vêtu des couleurs de sa nation et brandissant un bouclier. Il avait lutté pour sa cause contre des envahisseurs extra-dimensionnels. Mais il était tombé, son bouclier devenant un trophée des conquérants."
"Z'était le Napalm Monk ?", le coupa un des monillons.
"Non, O Jeune Impatient Zozotant. Ce n'était pas notre Napalm Monk. Dans ce monde, le conflit perdurait depuis plusieurs générations. Les Héros de ce univers étaient mort ou se terraient en ayant  abandonné tout espoir face à un ennemi redoutable. Pourtant une femme choisit de se dresser contre eux. Elle savait que son monde avait besoin d'un symbole. Elle prit alors le nom de Miss A et elle partit en quête du légendaire Bouclier. Très vite, elle se retrouva en conflit avec un autre héros survivant. Il s'agissait d'un trublion pyrokinésiste..."
"Z'était le Napalm Monk !", l'interrompit encore une fois le même monillon.
"Oui, Jeune Zozotant.  C'était lui. Dans cette ère et sur ce monde, il était connu sous le nom de Fire Fist et..."
Un jeune moine commença à rire puis camoufla son hilarité sous une quinte de toux.
"Fais attention", Sourit le conteur, "Tu as une mauvaise toux. Tu devrais te soigner. Où en étais-je ? Ah oui. Sa quête la transforma tout comme elle rendit Fire Fist meilleur. Ces deux là rivalisèrent d'ingéniosité et de ruse pour découvrir et subtiliser le bouclier. Au final, leur opposition fut leur force et c'est ensemble qu'ils triomphèrent. Leur amour y fut pour beaucoup dans leur succès. A eux deux, ils furent la torche qui illumina les ténèbres de ce monde et enflamma la résistance.  Mais il commence à être tard et j'entends les gongs sonner le rep..."
Les moinillons s'éparpillèrent au pas de course. L'un deux encore adolescent cependant n'arriva pas jusqu'à la porte. Le vieux moine sans même le regarder avait bloqué son passage avec sa canne.
"Donnes."
"J'ai rien, O Maître Vénérable. J'ai rien fait et je suis innocent.", débita très vite le jeune moine.
Un sourcil blanc se leva, sceptique.
"Je le jure, O Sage dont la Parole est d'Or."
"Crois-tu que je n'ai pas vu le papier que tu as essayé de faire passer à ton camarade ?"
"OK, d'accord.", maugréa le jeune moine en tendant un papier plié en quatre au vieux moine. Celui-ci le déplia lentement et le lut à voix haute.
"Elle a de beaux ... " Il soupira, amusé malgré lui. "Voyons, est-ce une façon de parler de l'Amour Eternel, Novice Morikun ?"

----
Maintenant place à la figurine ! Par ailleurs, elle fut la première à étrenner mon nouveau studio photo !
 
 

mardi 26 juin 2018

Compte rendu : Paris est Ludique 2018

Le dernier Weekend se tenait à Paris, la convention Paris est Ludique !. Elle comporte espaces de démonstrations, jeux divers, prototypes et passionnés.
Je m'y suis rendu en compagnie de deux enfants et d'un grand enfant...

Dès l'entrée je me dirige vers le stand de GGA (Geek Game Attitude), afin d'acheter l'extension de Not Alone. J'en profite pour tester à 4 le morpion améliorée de Pocket Ops. Il s'avère être subtil mais pas exempt de coups tordus. Je cède à la tentation en raison d'un beau matériel, d'un petit prix mais aussi d'un jeu simple et efficace.
 Nous nous dirigeons ensuite vers Unlock. Je connais déjà mais je fais découvrir.  Le cambriolage de la 5ème avenue est un peu laborieux mais on y arrive. Le système est compliqué si on n'a pas l'habitude.
 Nous déambulons un peu, visant à tester Ex-Libris (un choix de ma part mais aussi une demande de mes invités).
 En attendant qu'une place se libère, nous nous rabattons sur Jurassik Snack. Nous profitons de pouvoir jouer avec la version Grand FORMAT ! Les dinosaures sont hypermignons et le jeu simple mais amusant (et avec la possibilité de jouer de façon très stratégiques). J'hésite beaucoup entre lui et son cousin Little Big Fish.

Les dinosaures sont adorables ! P'tite Crevette me les a d'ailleurs déjà piqués dès leur arrivée à la maison....
On commence par errer et manger....
Puis on mange, mange et se fait aussi manger par les T-Rex...
Après un peu d'attente, nous arrivons enfin à avoir accès à Ex-Libris pour une partie à 4 joueurs dont un invité.
Le jeu est une "bataille" de bibliothécaire pour devenir Grand Bibliothécaire de la Ville dans un univers de fantasy. Les titres d'ouvrages sont délirants, les objectifs simples, les pions parfaitement dans l'ambiance. Et que dire des bibliothécaires en lice ? Nous jouons un Sasquatch, une Sorcière, un Gobelin (sournois et très amusant à jouer) et un Automate Golem.
Rapidement, nous mettons en place nos stratégies, embellissons nos rayonnages et envoyons nos assistants dans différents lieux récolter les ouvrages. Mais attention aux livres bannis ! Ces derniers font perdre des points.
Pouvant voler des cartes aux joueurs, mon Gobelin développe une belle bibliothèque en seulement trois tours. Le jeu fait partie de mes coups de coeur de Paris est ludique. Le thème est original et le jeu plaisant avec des mécanismes classiques et un superbe matériel (mention spéciale aux meeples représentant les petits Lutins et les Bibliothécaires).
Nous continuons nos déambulations. J'en profite pour saluer Whispe et admirer les tables de jeu de figurines.
Solomon Kane fait le plein à chaque fois. Les figurines sont superbes mais le jeu ne me convainc pas.
Nous testons ensuite Princesse Jing. Le jeu ne nous plait pas trop au final. Il me rappelle "Les bons et les mauvais fantômes". Malgré une idée intéressante (faire avancer sa princesse de paravent en paravent vers la liberté et son amoureux aidé d'un porteur de miroir et de sa servante), la sauce ne prend pas.
Au fil des pérégrinations, nous croisons un couple Steampunk. J'admire le costume (et le courage vu la chaleur.).
Je choisis après de tester et de faire tester un grand classique : les aventuriers du Rail.
Dans le far-west, le chemin de fer se répand, nous tachons de construire vite. Rapidement, je cherche à optimiser mes mains et profite que mes adversaires se développent au Sud et à l'Ouest de mon axe principal. Certains subtilités nous échappant, je caracole en tête (117 points en fin de partie). Cependant il s'agit d'un jeu qui nécessite d'y revenir pour maîtriser avec une belle courbe d'apprentissage. A titre personnel, il n'enclenche pas d'enthousiasme excessif chez moi.
Nous découvrons ensuite le Pouvoir de la Peur !
Tout d'abord avec Scare It, un petit jeu d'animaux et de couleurs, nous devons protéger de la Peur un animal et une couleur (la souris a peur du chat qui a peur du chien qui a peur de l'éléphant qui a peur de la souris...).
Nous testons ensuite Mauvais Esprits. Le but de ce jeu est de protéger sa maison hantée des chasseurs de fantômes et de prouver aux fantômes que l'on est le plus effrayant (BOUH !).
Graphiquement, le jeu a un aspect cartoon qui ne fait pas peur.
Mais rapidement, la concurrence s'enflamme, les portes claquent, les frissons glaciaux se multiplient et les fantômes terrorisent....
Le jeu est un succès fou. Il faut dire que le mécanisme est simple, les tokens sont dans le thème. Il est recommandé de jouer dans le noir (pions et marqueurs phosphorescents) avec quelques bougies (pour quand même voir les cartes....).
Après le départ de mes compagnons ludiques, je déambule un peu.
Je voulais tester Docteur Evil : La Citadelle du Temps. Mais le stand est toujours plein.
Pigicorn est là ! Je ne testerai pas cependant Kill the Unicorns....
Jetpack Royride est aussi un grand succès.
En passant près du secteur "petits enfants", je ne peux résister à éclater de rire avec les panneaux....
La table Star Wars Légion est assez basique mais remplit son rôle.
La Space Hulk bien que déjà connue est par contre beaucoup plus impressionnante.
Après plusieurs tentatives, j'arrive enfin à tester la Citadelle du Temps. Je tente en compagnie de 3 demoiselles d'empêcher le Professeur Evil de sécuriser à tout jamais dans sa Citadelle les plus grands Trésors de l'Humanité. Mon Maître des Rouages se faufile et désactive de nombreux pièges. Mais le Professeur Evil campe à une position nous interdisant de récupérer un objet et de désactiver le piège protégeant les autres. Nous perdons donc après avoir sauvé que 2 objets dont le buste de Nerfititi....Bilan en demi-teintes, le jeu est pour moi à retester.

La moisson se révèle fructueuse (sans compter les goodies). P'tite Crevette s'est fait un plaisir d'aider son Papa à déballer tout. Et elle a testé les dinosaures...