lundi 9 juillet 2018

Figurine : Miss Morikun

Pour le dernier concours organisé par Morikun, le Gardien du Temple, le thème était simple et pourtant si complexe. Après avoir choisi le Gardien, puis le Temple, cette fois, il faut représenter Me Morikun.

La tentation de facilité pour moi a été la Geisha ou assimilée (j'ai d'ailleurs failli utiliser la Dragon Lady d'Infinity, Cible à Haute Valeur Ajoutée) ou un ENORME bolter lourd sur son rack. 
D'après Magritte, ceci n'est pas un bolter lourd.

Mais comme nos femmes sont nos héroïnes, j'ai opté pour une autre approche. Il est temps que nous laissons l'histoire se dérouler...

Une nouvelle fois, le vieux moine fit se rassembler les jeunes moinillons en cercle autour de lui. Il les avait amené dans un lieu du temple peu visité : une galerie remplie de tableaux, de gravures, de statues et d'autres œuvres d'art. Toutes représentaient des femmes. Certaines étaient d'une beauté presque douloureuse, d'autres étaient plus ordinaires mais avaient un air de sérénité. Quelques unes avaient des tenues étranges ou des armures, d'autres étaient nues ce qui troublait légèrement certains moinillons.
Le vieux moine déambulait au sein de la galerie, ses os grinçant légèrement. Un sourire flottait sur ses lèvres en observant les moinillons dans son sillage qui tentaient de mater aussi discrètement que possible les œuvres exposées.
"Hum, hum", toussota-t-il pour récupérer leur attention. "A une précédente leçon, je vous avais évoqué le Napalm Monk, le Gardien de notre Temple. Aujourd'hui, les enfants, je vais vous parler de son Amour Eternel ! Qui en a déjà entendu parler ?"
"Moi, Maître Vénérable, je sais, moi !", fit un des auditeurs, en agitant frénétiquement la main. "C'est son MégaBolter de la Mort avec Bolts à Têtes Multiples Explosives."
"Et non, O-Jeune-Imprudent. A chaque apparition du Napalm Monk, il y a un Amour Eternel, une femme qui le soutient, l'épaule, le soigne, l'affronte des fois et lui colle des baffes si nécessaire."
"Oooooooooh", fit la classe interloquée.
Le vieux moine désigna plusieurs oeuvres d'art allant de la tapisserie à la toile holographique hi-tech. "Ainsi il y eut parmi toutes ces incarnations de son Amour Eternel, Dame KinMoru, noble Geisha à la Cour de l'Empire de Jade, Karah Konnors, Cyborg traquant les Moines, X69B, Droid de Compagnie et Zillah, la danseuse exotique. Mais aujourd'hui, je vais vous parler d'une autre de ces incarnations."
Les élèves suivirent du regard le doigt du vieux sage pointant une photographie brunie par le temps.
"Dans un univers de héros, dans un monde qui connaissait une guerre à l'échelle du globe, un héros s'était tenu vêtu des couleurs de sa nation et brandissant un bouclier. Il avait lutté pour sa cause contre des envahisseurs extra-dimensionnels. Mais il était tombé, son bouclier devenant un trophée des conquérants."
"Z'était le Napalm Monk ?", le coupa un des monillons.
"Non, O Jeune Impatient Zozotant. Ce n'était pas notre Napalm Monk. Dans ce monde, le conflit perdurait depuis plusieurs générations. Les Héros de ce univers étaient mort ou se terraient en ayant  abandonné tout espoir face à un ennemi redoutable. Pourtant une femme choisit de se dresser contre eux. Elle savait que son monde avait besoin d'un symbole. Elle prit alors le nom de Miss A et elle partit en quête du légendaire Bouclier. Très vite, elle se retrouva en conflit avec un autre héros survivant. Il s'agissait d'un trublion pyrokinésiste..."
"Z'était le Napalm Monk !", l'interrompit encore une fois le même monillon.
"Oui, Jeune Zozotant.  C'était lui. Dans cette ère et sur ce monde, il était connu sous le nom de Fire Fist et..."
Un jeune moine commença à rire puis camoufla son hilarité sous une quinte de toux.
"Fais attention", Sourit le conteur, "Tu as une mauvaise toux. Tu devrais te soigner. Où en étais-je ? Ah oui. Sa quête la transforma tout comme elle rendit Fire Fist meilleur. Ces deux là rivalisèrent d'ingéniosité et de ruse pour découvrir et subtiliser le bouclier. Au final, leur opposition fut leur force et c'est ensemble qu'ils triomphèrent. Leur amour y fut pour beaucoup dans leur succès. A eux deux, ils furent la torche qui illumina les ténèbres de ce monde et enflamma la résistance.  Mais il commence à être tard et j'entends les gongs sonner le rep..."
Les moinillons s'éparpillèrent au pas de course. L'un deux encore adolescent cependant n'arriva pas jusqu'à la porte. Le vieux moine sans même le regarder avait bloqué son passage avec sa canne.
"Donnes."
"J'ai rien, O Maître Vénérable. J'ai rien fait et je suis innocent.", débita très vite le jeune moine.
Un sourcil blanc se leva, sceptique.
"Je le jure, O Sage dont la Parole est d'Or."
"Crois-tu que je n'ai pas vu le papier que tu as essayé de faire passer à ton camarade ?"
"OK, d'accord.", maugréa le jeune moine en tendant un papier plié en quatre au vieux moine. Celui-ci le déplia lentement et le lut à voix haute.
"Elle a de beaux ... " Il soupira, amusé malgré lui. "Voyons, est-ce une façon de parler de l'Amour Eternel, Novice Morikun ?"

----
Maintenant place à la figurine ! Par ailleurs, elle fut la première à étrenner mon nouveau studio photo !
 
 

2 commentaires: